Chapitre 2

"Votre nuit s'est bien passée ? demanda Khylan d'un ton enjoué.
- A part les trois minotaures qui ont défoncé ma porte au petit matin, la dizaine de scorpions que j'ai trouvés sous mon lit avant de me coucher et le poison dans mon repas, pas trop mal, répondit calmement Eleshin.
- Mal, ceux qui sont venus me voir étaient minables.", cracha Uhl.
Khylan partit dans un rire bruyant, sous le regard blasé du barbare.
Le petit groupe avançait lentement dans la forêt, leur progression étant ralentie par l'absence totale de chemin, et la nécessité de créer des ponts de fortune pour traverser les nombreux cours d'eau leur barrant le passage. De temps à autre, ils croisaient la route de quelques animaux sauvages et potentiellement dangereux, mais ceux-ci, plus sages que les créatures "réfléchies" faisaient confiance à leur instinct et évitaient scrupuleusement de croiser leur chemin. Ils arrivèrent finalement sans encombre à l'entrée de la cité en ruines dans laquelle se trouvait la tour.

"Je n'aime pas ça, déclara Eleshin à ses compagnons. Cette forêt ne peut pas être réputée maudite juste par son aspect. J'ai l'impression de me jeter la tête la première dans un piège.
- Tes aptitudes sont bonnes, mais tu devrais affiner tes sens, déclara Uhl, cela fait trois jours qu'une bonne centaine de créatures hostiles nous suivent, chaque jour elles sont plus nombreuses. Je pense qu'elles attendent que nous soyons égarés dans la cité pour nous attaquer... une ruse de lâches.
- Je confirme pour la présence d'ennemis dans le secteur, mais il me paraît difficile de se perdre ici : la tour est bien en vue, je distingue presque les rues qui y mènent.
- Quoi qu'il en soit, restons sur nos gardes, cela nous évitera des ennuis.
- Hmm... Je ne pense pas qu'ils soient bien dangereux, ajouta Uhl, ils nous auraient déjà massacrés si c'était le cas. Je suis sûr que même seul tu t'en sortirais.
- Comment dois-je le prendre ? demanda Eleshin, agacé par le calme olympien du barbare.
- Comme tu le veux, peu m'importe que tu m'apprécies ou me haïsse, tout ce que je veux, c'est entrer dans cette tour. Si tu veux essayer de me tuer pour venger ton honneur, je suis à ta disposition."
Eleshin ne répondit pas, ne sachant s'il avait affaire à de l'humour barbare ou simplement à un misanthrope complet.

La cité semblait avoir été détruite des siècles auparavant. Tout était en ruine, couvert de mousse. L'humidité ambiante avait achevé de faire pourrir tous les éléments en bois, transformant cette probablement glorieuse cité en un tas de gravats. Seule la tour semblait intacte, se dressant au centre de la ville telle un sinistre monument à la gloire du plus grand de tous les fléaux : le temps.
Eleshin s'entraînait, comme le lui avait suggéré le barbare, à affiner ses sens, en se concentrant sur ce qu'il entendait, et après quelques heures seulement il commença à percevoir des sons étouffés dans les ruines près d'eux. Surpris, il tourna la tête et chercha l'origine de ce bruit.
"Tu es doué, mais tu as encore de mauvais réflexes, déclara Uhl, le voyant regarder les gravats. Tu fais encore trop confiance à tes yeux. Utilise ton ouïe et ton odorat pour te repérer. Dans mon pays, les jeunes apprennent cela en vivant pendant quelques années avec un bandeau sur les yeux.
- Si on s'en sort, j'y penserai", répliqua Eleshin, vexé d'avoir été cerné aussi facilement.
Khylan se remit à rire, et, sans doute pour détendre l'atmosphère, raconta une blague des plus douteuses. Eleshin commençait à regretter de ne pas être venu seul.
Ils arrivèrent finalement au pied de la tour, qui semblait encore plus titanesque vue d'en bas. Un énorme édifice de pierres noires parfaitement lisses ; elle méritait bien son nom de tour d'obsidienne. Elle ressemblait à un énorme cylindre, découpé en différents niveaux, chacun orné de gargouilles, d'échauguettes et de terrasses. Une titanesque porte d'acier en bloquait l'accès. Alors que le groupe se rapprochait, des centaines de créatures se massèrent entre eux et la tour. Sortant de nulle part, des orcs, gobelins, squelettes, zombies et des créatures grotesques parfaitement indéfinissables se dressèrent tels un mur de chair et d'os entre les trois compagnons et leur objectif.

Une liche sortit des rangs et déclara de sa voix spectrale :
"J'ignore pourquoi vous êtes ici, mais notre maître n'a pas autorisé votre présence. Vous êtes puissants, vous avez sans doute mieux à faire que de mourir ici stupidement. Revenez sur vos pas, nous vous laisserons quitter la forêt.
- Ridicule tentative pour sauver votre misérable demeure. Vous auriez mieux fait de ne pas vous montrer, déclara Uhl, sortant deux énormes épées à deux mains.
- J'ai dans cette tour quelque chose à faire, ce n'est pas une liche et une armée de monstres de pacotille qui vont m'arrêter ! enchaîna Khylan.
- Tant pis pour la diplomatie." ajouta Eleshin, navré par le manque de finesse de ses compagnons. Mais ils avaient raison sur deux points : il ne comptait pas non plus s'arrêter, et on ne négocie pas avec un mort vivant.
Là dessus, la liche beugla un ordre dans une langue incompréhensible, et les monstres chargèrent à l'unisson. Khylan murmura une formule, et le sol s'ouvrit, engloutissant des dizaines d'entre eux dans un torrent de lave. Uhl chargea en hurlant un cri de guerre barbare, transformant tout ce qui l'approchait en bouillie sanglante.
Eleshin frappait à droite à gauche de ses dagues, sans grande conviction. Avec ces deux-là, la bataille serait vite finie. Finalement, il ne regrettait pas d'être accompagné.
La liche traça des signes éthérés dans les airs, puis envoya un sort d'une telle puissance que même Eleshin, n'étant pourtant pas un mage, la ressentit. Les morts se relevèrent, combattant encore et encore pour leur maître. Ce sort semblait permanent, car chaque ennemi tué revenait à la vie, alors que la liche était occupée à lancer des sorts offensifs pour stopper Uhl, qui se dirigeait vers elle, bien qu'englué dans une mêlée sanglante. Eleshin décida d'intervenir. En un instant il se trouva derrière la liche, et la débita tranquillement en morceaux. Les os brisés encore imprégnés de magie s'enfoncèrent dans le sol boueux, et instantanément tous les monstres qui s'étaient relevés se désintégrèrent. Les quelques survivants furent massacrés, et les trois compagnons se tournèrent vers la porte, seul accès à la tour. Malgré le combat qu'il venait de mener, Uhl n'avait même pas une égratignure, et sa capuche n'avait cessé de couvrir son visage. Dommage... Eleshin était de plus en plus curieux d'en apprendre sur ce barbare. Khylan plaisantait, comme toujours. Lui aussi était bien mystérieux. Sous ses apparences de bouffon grotesque se cachait un mage d'une puissance impressionnante.

Il fut tiré de sa rêverie par une vive douleur au bras. Une main squelettique venait de le poignarder ! Il se retourna et vit avec horreur la liche se recomposer ; la main qui venait de l'attaquer retourna à sa propriétaire, qui ne semblait guère apprécier de s'être fait réduire en morceaux.
"Misérables mortels, vous aller payer pour avoir détruit mon serviteur !" hurla-t-elle.

Retour haut