Chapitre 2 : Les combattants de l'ombre

Plus ils marchaient, plus les effectifs des rangs s'affaiblissaient : il ne restait que quelques rares vieillards encore sur pied, les rares n'étant pas tombés d'inanition ou de froid... Leur temps était compté, il leur fallait un refuge : l'hiver ne fait pas de cadeau... Alors qu'un des chasseurs tentait vainement de viser une biche avec son arc pendant que ses compagnons se "reposaient" dans une clairière, il aperçut une faible lueur au loin... Sans se soucier de la biche, il courut vers son groupe et expliqua la vision de cette lueur... Irtiko décida de marcher droit vers cette lumière. Arrivé devant, ils avaient perdu la moitié de leur groupe initial, mais, bonne nouvelle, la lueur était un feu de trois mètres de haut, sûrement un feu de forêt (bien que très rare en hiver !) chauffant à quatre mètres à la ronde.
Pendant que les autres se réchauffaient, Irtiko partit en éclaireur autour du feu ; il ne craignait pas le froid, Irtiko était un Hurkois grand et robuste. Il savait commander, bien qu'il n'ait jamais eu à le faire : Irtiko, avant, était bûcheron, ce qui expliquait en partie sa robustesse... Mais on ne l'avait pas choisi pour sa solide constitution, il avait été nommé chef pour son sang froid et son courage face au danger. Perdu dans ses pensées, il remarqua à peine la brèche dans la roche qui se trouvait devant lui. Quand il eut repris toute sa lucidité, il prévint deux gardes qui s'enfoncèrent avec lui dans la brèche. Les entrailles de la montagne étaient sombres, la torche que tenait l'un des gardes n'éclairait guère plus qu'à un mètre devant eux...
Tout à coup, ils entendirent un gémissement de douleur, et la torche s'éteignit comme soufflée par une force invisible ! Dans la pénombre de l'environnement, les trois rebelles étaient bien maladroits, mais ils sentaient une présence qui les regardait ! Puis ils sentirent une force les tirer vers l'avant... Au bout de cinq minutes de "marche forcée", ils se retrouvèrent dans une salle immense éclairée par une faible lumière bleue... Ils furent tellement déboussolés au début qu'ils ne remarquèrent même pas la "créature" se trouvant devant eux.

Irtiko ne put étouffer un cri... Ses compagnons, les deux gardes, trop couards pour rester, avaient déguerpi depuis longtemps... Irtiko lui-même dut faire un énorme effort pour ne pas s'enfuir en courant. Il prononça difficilement :
- Qu... Qui êtes-vous ?!
La créature lui répondit :
- Nous sommes une race descendante de la vôtre...
Irtiko, la regardant de haut en bas, ne voyait qu'une petite ressemblance : l'individu avait des yeux énormément grands et une tête enfoncée dans ses épaules. La créature, voyant l'étonnement d'Irtiko ajouta :
- Nous vivons dans la montagne depuis plusieurs milliers de générations, nous avons dû nous habituer à la pénombre : voilà pourquoi nous avons des yeux plus grands que les vôtres, pour mieux capter la lumière... En contrepartie, nous ne supportons pas la lumière plus puissante qu'une lueur de bougie, ce qui explique la luminosité dans cette salle. A ce propos, désolé d'avoir éteint votre torche et de vous avoir fait peur...
Elle parlait avec une voix un poil plus aiguë que la normale mais c'était pourtant une voix assurée sèche...
- Qu'allez-vous faire de moi ? demanda Irtiko avec une pointe d'inquiétude dans la voix qui trahissait son air calme.
- Vous accueillir pardi ! répondit-il comme si la réponse était logique. Il ajouta tout de même : nous ne vous voulons aucun mal, nous avons peu de visite mais nous sommes comblés de la vôtre !

Retour haut