Chapitre 3 : L'union impossible

Irtiko raconta ses périples et ceux de ses compagnons... Sertiuo (c'est ainsi que se nommait la créature) était prêt à héberger les rebelles, mais à l'abri des regards indiscrets : même chez les humains de l'ombre, les taupes étaient là. Les réfugiés dormiraient donc dans une salle secrète aménagée par Sertiuo. Tous ensemble, ils purent enfin se reposer.

Le lendemain, ils mangèrent à leur faim. Pendant le repas, Irtiko demanda à Sertiuo, sans transition :
- Nous avons besoin d'un allié pour faire fuir les Terrakis.
Apparemment embarrassé par la question Sertiuo répondit :
- Mais... Nous ne pouvons pas sortir ! Je voudrais bien t'aider, mais... Rien que la lueur de ta torche l'autre jour m'a brûlé la peau. Imagine avec la lumière du soleil !
- Désolé... J'avais oublié ce "détail"... Mais, on pourrait y aller de nuit !
- C'est trop risqué : à ce que j'ai cru comprendre, votre château est à un jour de marche. Nous devrions nous cacher de la lumière après cette période...
Irtiko était, pour la première fois depuis le début de la fuite, complètement désemparé. Il ne savait plus quoi faire... Il devait repartir pour vaincre les Terrakis, mais ce serait sans les combattants de l'ombre.

Le soir, ils durent donc repartir. Ils marchèrent non pas vers le château, mais vers les ruines d'Alcancia. Alcancia était une ancienne cité occupée autrefois par des hommes, alliés aux Hurkois. Les rebelles espéraient y trouver ne serait-ce qu'une poignée de mercenaires vagabonds ayant élu domicile dans les ruines.

Retour haut