Réveils

"Vous savez, ce n'est pas la peine de faire une tête pareille !" avait dit Kern en souriant.

Terry était abasourdi. Le parchemin que lui avait donné le jeune garçon était d'une complexité sans pareille. Jamais il n'avait vu plus difficile sortilège de Lumière. Il fallait attraper l'âme qui appartenait au corps, puis la réintroduire dans le corps une fois qu'une autre âme y aurait été introduite ; enfin, il fallait repousser l'âme du mage noir par la lumière. Ne supportant pas le contact avec la magie bénéfique, l'âme se rétracterait, pour laisser place à l'âme légitime, qui pourrait par la suite la contrôler, et donc profiter de nouvelles capacités magiques. Rien qui ne fût impossible, certes, mais seuls les plus expérimentés pouvaient avoir une chance de parvenir à obtenir le résultat voulu. Au bout de quelques secondes, le visage de Kern s'était mu en une expression de peur :
"Est-ce vraiment si compliqué ?
- Ton rituel l'est déjà suffisamment. Du coup, c'est toi qui vas... ?
- Oui, avait répondu Kern d'un air déterminé. C'est pour moi. Et tant mieux.
- Tant mieux, tant mieux... avait objecté Terry. Si ça rate, non...
- Vous préféreriez que ce soit Flendar ?
- Si ç'avait été lui, nous l'aurions tué dans tous les cas. Toi aussi peut-être, d'ailleurs.
- Voyons, je vous ai suffisamment aidé pour mériter la vie, non ? avait demandé Kern, inquiet que la réponse soit négative.
- Pas à mon sens. Tu es un mage noir. Ça règle le problème.
- Mais il y a ça ! avait répliqué Kern en désignant le parchemin. Et ça change tout.
- Certes... Mais, d'où sors-tu ça ?
- C'est une longue histoire..."

Terry tourna brusquement la tête vers le corps du jeune homme. Les autres se précipitèrent vers eux, abandonnant leurs soins. Terry releva la tête de son protégé, mais il ne savait pas encore qui il était vraiment.
"Qu'est-ce qu'il s'est passé ? demanda Kern. Ça... Ça a marché ?
- Qui es-tu ? demanda Terry.
- Qui... qui je suis ? Bah ! Ça paraît évident, non ? C'est moi... Alphrus."

Terry lâcha un juron et recula vivement, laissant tomber la tête de Kern. Ainsi, son sort n'avait pas marché. À cet instant, il ne ressentait plus que de mépris et de la haine envers lui-même.

Alphrus se leva avec peine, comme s'il apprenait à le faire pour la première fois. Les autres, ébahis, restèrent immobiles.
"Comment as-tu pu croire que ton misérable sort fonctionnerait contre moi, sorcier de seconde classe !" dit Alphrus avec la voix de Kern, ce qui était encore plus déroutant.

Une aura sombre se déployait dans toute la grotte et redoublait en intensité :
"Nous sommes cinq, vous êtes seul, dit calmement Harper. Rendez-vous, Alphrus. Vous n'avez aucune chance contre nous.
- Vraiment ? répondit Alphrus en décochant un sourire glacial. Voyons ça..."

Soudain, l'emprise de l'aura noire se fit insoutenable. En tentant de répondre à cet assaut silencieux, Harper et ses compagnons constatèrent avec horreur que l'aura maléfique les avait complètement paralysés. Ils ne pouvaient même pas déployer leur propre magie.

Alphrus tourna son regard vers les trois cadavres de mages noirs qui se tenaient près de lui. Terrifiés, les quatre mages suivirent des yeux les flots de magie noire qui partaient du corps de Kern vers les morts. La brume entoura les trois corps, avant de pénétrer par leur bouche dans leur corps, comme cela s'était produit pour Kern quelques minutes plus tôt. Il y eut un moment de flottement, pendant lequel l'aura d'Alphrus était cependant tout aussi oppressante, puis un semblant de vie anima les corps des mages noirs. Ils se relevèrent péniblement, puis se mirent, toujours avec peine, en position d'attaque ; Flendar – ou plutôt ce qu'il en restait – ne prit même pas la peine de retirer la dague plantée dans son propre corps.

Terry était de plus en plus en colère. Non pas contre Alphrus, mais contre lui-même. Ils allaient mourir lamentablement par sa faute. Un peu par celle de Kern aussi, qui lui avait accordé sa confiance et avait placé tous ses espoirs dans ce sort. Finalement, il ne méritait même pas d'avoir été la cible de ses espoirs. Comme sorcier, il ne valait rien. Ils allaient mourir lamentablement, incapables de se défendre face aux morts commandés par Alphrus.
"Autant de puissance ? dit Alphrus en regardant ses mains. Je ne me..."

Alphrus fut projeté contre le fond de la grotte, et tomba inconscient ; les morts qui venaient de se réveiller s'effondrèrent également. Un puissant éclair avait frappé le nécromancien de plein fouet.
"Caao !" s'écria Harper.

Et l'Expert en Air entra dans la grotte, prêt à en découdre avec celui qui venait de menacer ses amis. Malgré son corps, recouvert de bandages à de multiples endroits, il n'avait pas l'air d'avoir peur de combattre un nouvel ennemi. Terry s'interposa entre eux deux, sa baguette pointée sur Caao.
"Laisse-moi le tuer. Tout ça est de ma faute."

Caao répondit par un grognement à la fois contrarié et positif. Terry se tourna alors vers son adversaire, qui venait de se réveiller et haletait, mais parvint à prononcer quelques mots :
"L'illumination..."

"Mais ça risque de ne pas marcher, avait dit Terry.
- Je sais bien, avait répondu Kern. Mais si je dois donner ma vie pour prendre la sienne, ça me va aussi.
- Eh bé, tu es déterminé !
- Il faut bien. Sinon, je n'aurai jamais ma vengeance. Mais il reste l'illumination.
- L'illumination ?
- Là, à la fin, avait dit Kern en montrant le bas du parchemin. Il se peut que le sort ne marche pas du premier coup, et les âmes risquent de se bousculer dans mon corps. Alors il faut repousser la mauvaise âme pour laisser la place à la bonne.
- Mais toi ? Ton âme aussi est souillée par le mal ! Ça risquerait de te tuer !
- Je sais. Mais il n'y a pas d'autre moyen. L'essentiel, c'est que vous tuiez Alphrus. Et si je meurs avec lui, alors je reposerai en paix. Pourtant, je sais que vous ne reculerez pas, parce que si vous ne faites rien, c'est lui qui vous tuera."

Terry ne répondit pas. Il avait bien eu une question à poser à Kern, mais c'eût été montrer trop d'intérêt au jeune sorcier. Si ça marchait, il lui demanderait.

"Il revient !" gémit Kern.

Le garçon poussa un râle, ferma les yeux et les rouvrit presque aussitôt. Son regard venait de changer du tout au tout : de celui empli d'une terreur irrésistible, il s'était transformé en un regard plein de folie malsaine. Terry comprit que l'âme de Kern avait profité de la faille créée par le moment d'inconscience du corps pour reprendre la main. Mais celle d'Alphrus se battait également pour reprendre le dessus, et c'était exactement ce qu'elle venait de faire :
"Je ne mourrai pas comme ça !" cria Alphrus.

Le nécromancien se leva d'un bond et attaqua Terry d'un sort maléfique. Celui-ci contra avec toute la puissance dont il disposait. Peu adapté à son nouveau corps, Alphrus dut récupérer plus longtemps qu'il ne l'aurait fait dans son propre corps, ce qui laissa à Terry tout le temps de s'approcher de lui. Mais soudain, il sortit la dague de Kern de son fourreau et se la porta à la gorge.
"Pas un pas de plus ! siffla-t-il. Ou je tue le gamin. Mon âme survivra de toute façon. Pas la sienne." ajouta-t-il avec un sourire malfaisant.

Si les autres mages n'étaient pas intervenus jusque là, c'était parce qu'ils pensaient que Terry se serait débrouillé seul, et rapidement. À ce moment-là, ils étaient encore plus dans l'impasse. Revee communiqua par les voies de l'esprit à Terry :
"Si Kern meurt, je pourrai le ressusciter.
- Merci, mais je ne veux pas que l'âme d'Alphrus s'enfuie. Sinon, tout cela aura été vain, répondit Terry par pensées. Les autres ne doivent surtout pas bouger. Je vais y arriver."

Revee transmit l'ordre à ses compagnons. Aucun d'entre eux n'avait une idée de ce que Terry envisageait de faire. Mais il était le seul dont la magie était capable de faire face. Seule la Lumière pouvait faire quelque chose contre ce nécromancien prêt à tout pour fuir la grotte maudite et sauver sa peau - ou plutôt le corps qu'il avait volé. Terry aurait bien jeté un sort de Paralysie pour immobiliser son adversaire, mais il n'avait déjà pas réussi contre Corlagon et Agar. Serait-ce bien utile ? Alphrus ne mettrait-il pas sa menace à exécution, les privant ainsi de la possibilité de vaincre le mage noir ? Peut-être pas. Si la Paralysie devait échouer, Alphrus fuirait, mais ce serait sans compter Caao et les autres, qui ne resteraient pas insensibles à la situation. Sa décision fut vite prise.
"Et que comptez-vous faire, maintenant ? demanda Terry, tout en préparant la Paralysie le long de sa baguette blanche.
- Ce que je compte faire ? Vous n'avez pas à le savoir ! Mais j'irais bien voir Ethric, pour lui montrer à quel point on peut faire mieux, depuis son Rituel de la Nuit Éternelle, persifla Alphrus.
- Malheureusement, votre temps est fini !"

À ces mots, Terry jeta son sort à Alphrus, qui ne put résister à un assaut de magie d'aussi près. Seul son visage pouvait encore se mouvoir. Maintenant, pensa Terry, l'heure était venue. Il se concentra un petit moment. En cet instant fatidique, seule sa magie déciderait de ce qui allait se passer. Il n'avait pas le droit à l'échec. Il leva sa main gauche au-dessus de la tête d'Alphrus, et pointa sa propre baguette dessus. Puis, il posa sa main sur le front du sorcier, et murmura les incantations qu'il avait apprises quelques heures plus tôt. Sa baguette produisit une lumière prodigieuse, qui rayonna dans toute la grotte. C'était une lumière chaude, qui emplissait l'espace de la grotte d'une aura divine. En même temps qu'elle faisait son œuvre sur Alphrus, l'illumination soigna les blessures des compagnons de Terry. Le magicien restait concentré, insensible aux cris que l'âme malfaisante faisait pousser au corps de Kern. Harper et les autres contemplaient le spectacle, émerveillés par ce sort qui leur était inconnu et qui les avait miraculeusement guéris.

Le sort durait. Terry commençait à transpirer. Revee, quoiqu'un peu éblouie par la lumière qui émanait de la baguette, s'approcha un peu de Terry pour voir de plus près ce qui se passait. Terry avait les muscles du visage contractés. Les yeux plissés, les lèvres pincées ; son esprit ne semblait occupé que par ce sort, et complètement absent du monde physique. Mais le sort commençait à faiblir, Revee le voyait bien. Et aux grimaces que faisait Terry, il était évident qu'il était encore loin du résultat qu'il voulait obtenir. Revee fit signe aux autres de la rejoindre, et leur fit comprendre qu'il fallait qu'ils lui transmettent de l'énergie magique. Harper leva sa baguette, et comme il l'avait fait quelques jours plus tôt avec son demi-frère, il fit couler un torrent de magie, qui partait de sa baguette et faisait le tour de tous les magiciens avant de se déverser dans la celle de Terry. Caao, Jezebel, Revee et Wilma mirent chacun une main dans ce flot magique et y déversèrent leur magie, ce qui fit grossir le torrent.

La lumière rayonna de plus belle, illuminant la grotte comme jamais auparavant. Terry sentit l'aide de ses compagnons et s'en réjouit, tout en ayant peur. Et si Kern ne survivait pas à autant de magie lumineuse ? Trop tard, se dit-il. D'ailleurs, Kern savait qu'il risquait sa vie ; il était prêt à mourir s'il le fallait. Autant de raisons de croire qu'a contrario, il survivrait, puisqu'il semblait résister à l'emprise du mal. Un sentiment qui redonna du courage à Terry. La magie s'amplifia encore, augmentée par la confiance de l'Expert en Lumière.

Alphrus arrêta de crier. Les grimaces de douleur disparurent peu à peu du visage de Kern, pour laisser place à une sorte de sérénité et de paix endormies. Sa respiration retrouva un rythme normal, paisible, comme s'il n'était atteint par rien de ce qui se produisait autour de lui. Terry ralentit le flot magique, et fit comprendre à ses compagnons qu'il n'avait plus besoin de leur soutien. Progressivement, la lumière s'atténua, puis elle disparut complètement ; la grotte n'était plus éclairée que par les quelques bougies qui étaient encore allumées. Le corps de Kern s'était une nouvelle fois muré dans l'inconscience. Toutefois, il respirait encore.
"Attendons." dit simplement Terry.

La grotte s'était endormie. Les jeunes femmes, lasses d'attendre que Kern se réveille, avaient sombré dans le sommeil. Caao était sorti de la grotte, et contemplait le ciel étoilé de cette nuit de pleine lune. Harper faisait les cent pas, semblant ruminer quelque souvenir peu glorieux. Il ne se tenait pas comme d'habitude. Lui qui marchait habituellement le corps si droit, le buste si triomphant, la tête si haute, était maintenant le dos voûté, la tête tournée vers ses pieds. De temps en temps, il jetait un regard vers la sortie de la grotte, comme s'il attendait quelque chose.

Terry avait remarqué ce changement. Tant pis pour lui. Il n'avait qu'à être meilleur au combat, et aurait dû rester avec ses compagnons plutôt que de disparaître avec Caao. Terry était une nouvelle fois en colère contre son demi-frère. Mais, alors qu'ils étaient seuls et qu'il aurait pu lui dire ses quatre vérités, Terry décida de ne pas l'invectiver tout de suite. Il avait quelque chose de plus important à faire : veiller sur Kern. Il regarda une nouvelle fois son protégé. Pourquoi cela avait-il dû se passer comme ça ? Pourquoi avait-il dû sauver un mage noir ? Pour l'aider dans ses fins maléfiques, de surcroît ! Il avait tué pour sauver un mage noir. Même si sa victime était un autre mage noir, Terry ne pouvait s'en remettre. Cela allait à l'encontre même de ce qu'était la magie de la Lumière. Jamais il ne pourrait retrouver le repos :
"Va-t-il mieux ? demanda Harper qui s'était doucement rapproché de lui.
- Son état est stable. Il devrait rester comme ça encore un bon bout de temps, murmura Terry. Tu ferais mieux d'aller dormir."

Harper hocha la tête, puis alla s'asseoir contre une paroi. La nuit allait encore être longue. Terry, de son côté, ne voulait surtout pas s'endormir, de peur que Kern se réveille seul. Mais il ne put résister bien longtemps ; les heures qui venaient de s'écouler avaient été harassantes, et ses paupières se refermèrent doucement.

Terry se réveilla brusquement. Il venait de constater avec horreur qu'il s'était endormi. Mais Kern était toujours là, allongé paisiblement sur le sol. Les autres dormaient également. Sa respiration était lente, mais régulière. Corps et âme étaient en sommeil. Terry espérait que ce ne serait plus qu'une question de temps. En attendant, il décida de se lever et d'aller voir ce qui se passait dehors. Il lui fallait absolument savoir combien de temps il avait dormi. À l'extérieur, le soleil venait de se lever. À l'Est, vers le village, le couloir entre les montagnes et le volcan était éclairé d'une lumière faible, mais rougeoyante. Le soleil, emblème de la Lumière, s'était transformé en un emblème de Feu. Tout un symbole. Mais ce matin, la chaleur qu'il apportait était douce et agréable. Terry sourit. Ce matin était l'aube d'un nouveau jour. À partir d'aujourd'hui, il serait un nouvel homme.

Après avoir contemplé le soleil pendant quelques minutes, il rentra dans la grotte s'occuper de Kern. Celui-ci dormait toujours paisiblement. Terry ne voulait pas le réveiller lui-même, de peur que cela ait de graves conséquences. Il fallait laisser le temps au temps. Et puis, après ce qu'il avait enduré, Kern avait bien mérité de se reposer un peu. Terry s'assit auprès de lui et observa son visage. Il n'avait pas l'air marqué par la magie noire. Au contraire, il était doux ; ses yeux fermés lui donnaient encore un air quelque peu candide.

Terry ne remarqua la présence de Caao qu'au bout de quelques minutes :
"Le garçon te fascine, on dirait. Que s'est-il passé hier soir, quand je n'étais pas là ?"

Terry ne répondit pas tout de suite, Caao lui ayant remémoré sa colère contre son frère :
"C'est ce qui s'est passé avant qui est plus important. Et pourtant je ne sais pas ce qui s'est produit." répondit-il, les yeux toujours rivés sur Kern.

Caao s'étonna. Ainsi, Terry s'était profondément attaché à Kern sans savoir pourquoi. Alors, ce qui s'était déroulé en son absence devait avoir marqué Terry.
"Bien, dit Caao simplement. Je vais aller réveiller les autres."

Et il se détourna de Terry. Celui-ci n'avait pas envie de raconter ce qui s'était passé avant que Kern ne raconte lui-même son histoire. Il avait dit à Revee qu'il avait fui sa famille pour rejoindre les rangs d'Alphrus, mais ce ne devait pas être la vérité. Sinon, pourquoi vouloir se venger du nécromancien ?

Kern émit un long soupir. Ses paupières battirent, puis il porta sa main à son front.
"Dieux, que j'ai mal !" dit-il dans un râle.

Le visage de Terry s'éclaira. Caao revint vers eux, accompagné de Harper et des trois magiciennes.
"Ça a marché, murmura Terry à l'adresse de Kern.
- Oui... Nous avons réussi."

Kern se releva doucement. Il était courbaturé à cause d'Alphrus, qui avait dépensé toute son énergie. Une fois qu'il n'avait plus besoin que l'on s'occupe de Kern avec une attention particulière, Terry alla dire deux mots à Harper.
"Qu'est-ce que tu as fait hier soir ? Tu nous as abandonnés ! Agar et Corlagon se sont enfuis par ta faute ?!
- Et qu'est-ce que tu voulais que je fasse ! Que je laisse crever Caao, mon meilleur ami, je te rappelle ? Qu'aurais-tu fait à ma place, hein ? D'ailleurs, je ne t'ai pas vu très actif avec nous face à eux !
- Moi au moins, j'ai participé à la réussite de cette mission. Si je n'avais pas agi comme je l'ai fait hier, notre mission aurait été un échec total ! C'est par ta faute si nous rentrons bredouilles cette nuit.
- Notre mission, c'était Alphrus et ses hommes. Agar et Corlagon n'étaient que le bonus ! D'ailleurs...
- Je vous en prie ! les interrompit Kern. Alphrus est mort. Ne devriez-vous pas vous réjouir, plutôt que de vous quereller ? Si vous voulez vous disputer, faites-le, mais pas maintenant ; ce n'est pas le moment.
- Il n'a pas tort." renchérit Revee.

Il y eut un silence. Puis Terry reprit :
"Tu n'éviteras pas cette conversation, Harper."

Et il partit en direction de la sortie de la grotte, la mine renfrognée. Kern tenta bien de le retenir gentiment, mais ce fut peine perdue. Alors il déploya une aura noire comme Alphrus l'avait fait auparavant. Terry s'arrêta en pleine course :
"C'est à moi qu'il faut partir, Terry, et non pas à vous. Mais peut-être voulez-vous que je vous raconte comment nous en sommes arrivés là ? Je vous dois bien cette explication. Asseyons-nous d'abord, car il s'agit là d'une longue histoire."

L'atmosphère se détendit à nouveau, et Terry revint sur ses pas. Les mages s'assirent en cercle autour de Kern, et Jezebel alluma un feu à partir des débris trouvés ici et là. Puis, Kern prit son inspiration et commença son récit.

Retour haut