Prologue

Note d'Auteur
Cette fic sur les Royaumes oubliés sera, à partir du deuxième chapitre, basée sur le jeu PC Baldur's Gate - Tales of the Sword Coast. Si vous ne connaissez pas les royaumes oubliés, plus particulièrement le monde d'Ombre Terre et les elfes noirs, je vous conseille de faire une petite recherche sur Internet afin de vous documenter un peu, sinon il y a certains détails de mon histoire que vous risquez de ne pas comprendre. Par contre, même si vous n'avez jamais joué à Baldur's Gate, cela ne vous causera pas de problème. Pour tous commentaires : Red-Shiva@caramail.com

Merci à CuTe BuT PsyCho KatOo pour la correction de l'orthographe.

Cité drow de Verkalen
Ombre-Terre, 24 Mirtul 1332.

Dans sa chambre Saukuriel Kerra'zal s'assit sur son lit, essoufflé. La leçon de son maître d'arme avait été difficile pour lui car il n'avait pas une très grande force physique. Mais sa mère, la matrone Natara de la maison noble Kerra'zal, avait ordonné qu'il devienne un guerrier, alors il deviendrait un guerrier. S'il avait pu choisir, il aurait étudié la magie comme ses trois grands frères, qui n'avaient guère une plus grande constitution que lui. Peut-être qu'un jour il aurait la chance de devenir mage, il n'avait que 22 ans après tout. À cet age il n'était pas encore considéré comme adulte, il avait encore de nombreux siècles devant lui.

Après quelque minutes de repos, il se leva pour allumer une chandelle et examiner un parchemin magique. A la lumière, ses yeux perdirent leur reflet rouge dû à l'infravision pour prendre une teinte vert pâle. En secret, il essayait d'apprendre des magies de haut niveau, mais sans grand résultat sans l'aide d'un maître. Après une heure de tentatives échouées pour comprendre les écritures magiques, il renonça. Il rangea ensuite le tout dans le tiroir où il les avait pris. C'est à ce moment que Hilenia entra.

Comme toutes les femmes de la famille Kerra'zal, Hilenia était prêtresse de Loth, la cruelle reine araignée. De petite taille, avec de très longs et raides cheveux blancs et de magnifiques yeux en amandes, elle et son frère Saukuriel se ressemblaient beaucoup. Devant elle, ce dernier baissa la tête, car les mâles drows étaient considérés comme des êtres inférieurs sans tellement plus de valeur qu'un esclave pour les prêtresses.
- Suis-moi, dit-elle comme d'habitude d'un ton autoritaire. Saukuriel obéit promptement, car il n'avait aucune envie de provoquer la colère de sa soeur aînée, qui était une vraie sadique avec son fouet à multiples lanières finissant par des têtes de serpents.

Mahorfein Kerra'zal attendait Hilenia et Saukuriel dans son étude. Matrone Natara lui avait donné l'ordre de se rendre à la surface pour dérober un objet magique de grande puissance à un sorcier humain. Pour éviter la tromperie, chose des plus courantes en Ombre-Terre, la matrone voulait absolument que cet tâche soit accomplie par ses enfants. Il était hors de question qu'Hilenia mette sa vie en danger à la surface car elle était sa seule fille, donc la seule qui ait de la valeur. Ses deux premier fils étant absents, Mahorfein, son troisième fils (le quatrième en réalité car elle avait sacrifié son troisième à Loth), était, avec Saukuriel, le seul disponible.

Une fois tous les trois réunis, Hilenia expliqua de nouveau la mission. A première vue elle ne semblait pas vraiment compliquée, entrer chez le sorcier, le tuer, prendre l'artéfact magique et revenir grâce à un sort de téléportation. En réalité, réussir à entrer dans la tour d'un mage était toujours un rude exploit à cause de toutes les protections et pièges magiques. De plus, les pouvoirs magiques des drows devenaient très faibles à la surface de Féerune, donc Mahorfein serait désavantagé face au sorcier.

Sans perdre plus de temps, Mahorfein incanta et le cercle lumineux d'un portail apparut devant lui. Il fit signe à Saukuriel de passer en premier. Guère rassuré, ce dernier emprunta le passage magique pour se retrouver, à son grand étonnement, dans un endroit comme il n'en avait jamais vu. Un ciel noir, où scintillaient mille étoiles et brillait une lune blanche, il n'y avait rien de semblable à Ombre-Terre. Devant lui, bien dissimulée par des arbres au feuillage abondant, était érigée une tour d'environ trois ou quatre étages, c'était difficile à déterminer. Occupé à étudier son nouvel environnement, Saukuriel sursauta quand son frère posa une main sur son épaule.
- Tu devrais être plus sur tes gardes, j'aurais eu le temps de te poignarder dans le dos cent fois, tu ne surviveras pas très longtemps à ce rythme là, fit remarquer le plus âgé des deux elfes noirs.
Saukuriel ne répondit pas, cette forêt et cette mission ne lui plaisaient pas, il avait hâte d'en avoir fini pour repartir.

Saukuriel regardait comment s'y prenait Mahorfein pour désactiver les protections magiques de la tour, car un jour ce savoir pourrait lui être utile. Quand tous les pièges semblèrent avoir été neutralisés, le sorcier drows ouvrit discrètement la porte, faute de pouvoir utiliser ses pouvoirs magiques pour la réduire en cendres. Les deux frères entrèrent au premier étage. Tout était apparemment calme. Mahorfein fit signe à son jeune frère de passer devant. Celui-ci s'exécuta, même s'il se doutait que la raison pour laquelle le mage voulait qu'il passe devant était qu'il soit blessé le premier en cas d'attaque.
- L'objet que nous recherchons est une amulette très puissante, l'humain doit l'avoir mise dans un endroit sûr, probablement dans sa chambre, fit Mahorfein. Allons au deuxième étage.
Ils montèrent les escaliers.

La lumière de la lune filtrait à travers les fenêtres, la pièce devait être un laboratoire car il y avait plusieurs étagères remplies de livres et le sol était jonché de fioles de diverses couleurs et de parchemins. Laissant sa curiosité prendre le dessus, Saukuriel s'approcha d'une cage dans laquelle se trouvait un volatile. C'était la première fois que le jeune elfe noir voyait un corbeau. Perdu dans sa contemplation, il fut sorti de ses pensées par son frère qui s'impatientait. De toute évidence, celui-ci préférait ne prendre aucun risque en restant derrière. Le sorcier de cette tour était-il si puissant ? A moins que Mahorfein, pour une raison ou une autre, ne désirât que son frère se fasse tuer. Chez les drows, il n'y avait pas d'amour entre les membres des familles, seulement de la compétition qui finissait souvent par un ou plusieurs meurtres entre frères et soeurs.

Contournant le bureau sur lequel était posée la cage du corbeau, Saukuriel déclencha un piège et fut frappé en pleine poitrine par un éclair magique. Il aurait pu être gravement blessé s'il n'avait pas été un drows, car comme tous les elfes noirs il possédait une résistance à la magie peu commune par rapport aux autres elfes. Il sentit seulement le métal de sa cotte de maille noire se réchauffer un peu à l'impact, mais sans plus de dégâts. Mahorfein lui adressa un regard noir. Puis les événements qui suivirent se déroulèrent très vite.

Une forte lumière bleutée envahit la pièce ; les drows ayant déjà les yeux sensibles à la moindre lumière furent complètement aveuglés.
- Saletés de drows ! hurla une voix grinçante.
Le sorcier de la tour, un homme mince et barbu, entama une incantation. Saukuriel ne s'alarma pas tellement, il se savait résistant à la magie, quand Mahorfein s'exclama : - S'il porte l'amulette magique nous sommes fichus ! La propriété de cet artéfact fait que les sorts de son porteur agissent sur tous les êtres même s'ils sont immunisés contre la magie !
Dans ce cas, il y avait vraiment un problème majeur. C'était donc pour cela que la matrone de Kerra'zal ne voulait donner cette mission à personne d'autre qu'à ses fils. Une amulette contenant une telle magie serait des plus dévastatrices en Ombre-Terre.
Saukuriel dégaina ses deux épées longues, attendant que la lumière faiblisse avant d'attaquer, car il n'y voyait rien. Il se plia derrière le bureau pour se protéger tant bien que mal. Entre temps, l'homme avait fini son incantation et une ombre passa sur Mahorfein avant que celui-ci n'ait le temps de réagir. Il hurla quand il comprit ce qui allait lui arriver, puis son corps s'enflamma et fut réduit en cendres un moins d'une seconde. Puis ce fut au tour de Saukuriel. Le magicien incanta à une vitesse étonnante, preuve qu'il était très puissant. La respiration de l'elfe devint difficile, il suffoquait, puis il perdit conscience au moment où le sortilège cessa de faire effet.

Le vieux sorcier s'approcha du jeune elfe noir évanoui :
- Eh bien petit elfe, tu mérites une bonne leçon pour avoir essayé de me voler. Que dirais-tu de devenir ce que tu détestes le plus ?

Retour haut