Chapitre 9

Tous les villageois de Nashkel étaient inquiets, les orcs avaient enlevé la majorité des femmes qui se trouvaient au festival au moment de l'attaque. Qu'est-ce que ces monstres avaient l'intention de faire d'elles ? On les avait vus partir vers le nord-est. Les soldats du Poing Enflammé recrutaient tous les volontaires prêts à se battre pour rattraper ces orcs. Dans la masse, il y avait un étrange petit groupe composé de deux elfes et d'un nain.
- Elle a intérêt à être douée cette prêtresse. Pour tout le mal qu'on va se donner pour elle ! grogna Kagain.
- Ne t'inquiète pas, le rassura Saukuriel, bien que l'inquiétude se lût aussi sur son visage. Elle l'est. Mais tu n'aurais pas quelques petits mercenaires pour nous venir en aide ?
- Non ! Korgan est parti pour l'Amn après l'histoire de la grotte et mes plus solides compagnons, comme je te l'ai déjà dit, ne sont pas revenus de la Tour de Durlag.

Un soldat vint les avertir que tout était prêt et qu'il était temps de partir. La compagnie se mit en marche. Elle était constituée surtout de gardes du Poing Enflammé, mais aussi de quelques aventuriers. L'un d'eux attira particulièrement l'attention de Saukuriel. Il s'agissait d'un individu qui dégageait une aura toute particulière. Même s'il ressemblait à un demi-elfe à cause de ses oreilles pointues et ses cheveux gris-bleu, le drow se doutait qu'il y avait chez cette personne quelque chose d'hors du commun. Et il en déduisit qu'il devrait garder un oeil sur lui.


Au Pont de Flammevin, toutes les prisonnières avaient été rassemblées. Certaines pleuraient et tremblaient. L'une d'elles n'avait aucune crainte et, au contraire, elle insultait furieusement ses ennemis en leur promettant de les maudire sur l'autel de Shar.
Plus loin, un homme en armure discutait avec le chef des orcs.
- Vous avez fait du bon travail, dit le capitaine Haegan, je vais voir si les femmes sont en bon état comme convenu et si vous avez respecté mes conditions, je vous payerai ensuite. L'homme était originaire d'Amn et y menait un réseau illégal d'esclaves. Il regarda les femmes une à une pour s'assurer qu'elles n'étaient pas blessées et qu'elles étaient en bonne santé. Il avait l'air d’apprécier tout particulièrement la comédienne Raelis Shai, qui lui lança un sort de projectiles magiques quand il voulut l'approcher de trop près. Les étincelles d'énergie furent arrêtées par les chaînes en métal magique que portait l'actrice, mais le capitaine, furieux, ordonna à un orc d'enfermer l'actrice dans une cage placée sur un chariot. Puis vint le tour de Viconia. Haegan la dévisagea avec attention, avant de déclarer :
- Mais... C'est une vraie elfe noire ! Les yeux ne trompent pas !
Les femmes à proximité de la drow s'écartèrent. Celle-ci lança un regard noir au capitaine, lequel ne voulut pas refaire la même erreur deux fois et jugea qu'il valait mieux ne pas tenter de l'approcher. La prêtresse fut donc enfermée elle aussi dans la cage. Les autres femmes furent mises dans d'autres prisons et les esclavagistes attelèrent leurs montures, prêtes à partir. Aucun orc ne les accompagnèrent...

Un homme arriva sur un cheval. C'était un des esclavagistes. Il avertit le capitaine Haegan qu'il avait aperçu des soldats du Poing Enflammé quitter Nashkel pour se rendre dans leur direction. Le capitaine donna donc l'ordre de partir. Tant qu'ils garderaient au moins un jour de marche d'avance, il n'y aurait sans doute pas de problèmes et une fois rendu à Athkatla, en Amn, personne ne pourrait leur mettre la main dessus.

Raelis souffrait d'un douloureux mal de crâne. Dès le début de l'attaque des orcs, elle avait reçu un coup à la tête, ce qui l'avait fait sombrer dans l'inconscience. La comédienne regarda la drow qui avait été enfermée avec elle. Cette dernière, même si elle avait été désarmée, n'était pas attachée. Elle pourrait peut-être l'aider à s'enfuir...
- Qu'est-ce que tu regardes ?! jeta Viconia qui détestait se faire dévisager.
- Tu as l'air d'être une prêtresse, commença Raelis, moi je suis une magicienne. A nous deux, nous pourrions déjouer les esclavagistes. Ils ne sont plus que huit sans les orcs.
- Comment comptes-tu t'y prendre ?
- Il faut d'abord qu'on m'enlève ces chaînes, continua l'actrice. Je ne peux pas lancer de sort tant que j'ai les mains liées dans ce métal, tu as une idée ?
- Je peux briser des chaînes avec une arme.
- Tu as une arme de cachée sur toi ?
- Attends, je vais te montrer.
La prêtresse s'assura que ses geôliers ne la surveillaient pas, et elle pria sa déesse tout en lui jurant que si elle s'en sortait, elle lui offrirait le coeur de Haegan comme offrande. Un marteau spirituel apparut dans sa main. L'elfe noire frappa de toutes ses forces avec son arme magique sur la chaîne des menottes, la brisant. Puis, tandis qu'elle se tournait vers la serrure de la cage pour lui réserver le même sort, Raelis invoqua de minuscule météores de Melf. Les dards de feu magiques apparurent dans ses mains, prêts à être lancés. Le plus difficile restait encore à faire.


Les orcs mangeaient, beuglaient et riaient autour d'un grand feu à quelques mètres du pont de Flamevin. Ils se vantaient pour la plupart d'avoir capturé la fille la plus jolie et se disputaient leurs morceaux de viande. Leur euphorie fut de courte durée car un groupe de guerriers débarqua. Les soldats du Poing Enflammé passèrent à l'attaque torche au poing, suivis des autres hommes armés jusqu'aux dents. Durant le combat, Saukuriel surveilla l'étrange individu qui avait d'ores et déjà attiré son attention. Ce dernier combattait avec deux épées à la fois avec beaucoup de dextérité. Cela rappela sa ville natale à l'elfe noir, car à la surface, il avait vu peu de gens se battre avec deux armes à la fois comme le font habituellement les drows.
Des orcs se placèrent derrière le mystérieux demi-elfe, s'apprêtant à le frapper dans le dos pendant qu'il combattait déjà deux autres monstres. Il n'avait aucun moyen de s'en sortir. Saukuriel voulut intervenir mais il reçut un coup dans le dos par un orc et tomba à genoux, la douleur l'empêchant de se relever. L'immonde créature qui l'avait blessé s'apprêtait à l'achever, quand une lame lui trancha la gorge. Relevant les yeux, le jeune magicien vit l'homme qui était encerclé de créatures quelques secondes plus tôt. Comment avait-il pu se débarrasser d'un si grand nombre d'ennemis en si peu de temps ? Saukuriel, abasourdi, remarqua alors que le contour de sa silhouette était flou et que ses mouvements étaient bien plus rapides que la normale. Il devait sans aucun doute user d'un sortilège.

L'elfe se releva tant bien que mal, l'autre lui tendant la main pour l'aider. Autour d'eux, la bataille touchait à sa fin. Tandis que les survivants relevaient les blessés, Saukuriel, désireux d'en apprendre plus sur son mystérieux sauveur et sur le sort qu'il avait utilisé, alla s'adresser à lui :
- J'ai vu que tu savais utiliser autant l'art du maniement des épées que celle de la magie. Comme j'étais un guerrier avant de devenir mage, le sort que tu as utilisé m'intéresse, nous pourrions en discuter, si tu veux bien.
- Une autre fois peut-être, car pour l'instant toutes mes pensées sont dirigées vers Dame Raelis Shai, une amie précieuse à mon cœur qui été enlevée par ces orcs.
Le drow réalisa alors qu'aucune femme ne se trouvait au pont de Flamevin, où avaient-elles pu être emmenées ? De plus, les gardes du Poing Enflammé semblaient soucieux quand leur capitaine pris la parole :
- Nous allons devoir attendre le matin pour continuer, les routes sont trop dangereuses la nuit à cause des bandits et des créatures. Des traces de l'autre côté du pont se dirigent vers le sud et si nos ennemis arrivent à traverser la frontière de l'Amn avant que nous les rattrapions, nous devrons arrêter les recherches, car le Poing Enflammé n'a aucune juridiction en cette contrée.
Des protestations et clameurs se firent entendre mais le capitaine avait raison. Les garnisons du Poing Enflammé n'avaient pas le droit de pénétrer en Amn. C'est donc sous les faibles rayons argentés de la Lune que tous se couchèrent pour prendre du repos ; ils en avaient bien besoin.


La fuite de Viconia et de Raelis avait échoué. L'elfe noire s'était immédiatement pris une flèche dans une jambe et une autre dans le bras. Même si elle n'était pas gravement blessée, cela suffit à la mettre hors combat. La magicienne eut le temps de lancer plusieurs de ses minuscules météores de Melf à ses ennemis. L'un d'eux, s'il ne consultait pas immédiatement un prêtre, risquait de demeurer aveugle à cause du dard de feu qu'il s'était pris en plein visage. Cette fois, les deux femmes se retrouvèrent toutes les deux enchaînées et bâillonnées dans deux cages différentes. La caravane d'esclaves atteindrait bientôt la frontière de l'Amn.


À l'aube, tous reprirent la route pour rattraper les esclavagistes. Durant la marche, Saukuriel réussit à en apprendre plus sur l'homme qui lui avait sauvé la vie la veille. Il se nommait Haer'Dalis, un barde originaire de Sigil, une ville inconnue du jeune mage. Lui et sa troupe de comédiens s'étaient dernièrement établis à Athkatla, où ils donnaient régulièrement des représentations. Lui et son amie Realis Shai étaient venus au festival de Nashkel, tandis que les autres acteurs de la troupe étaient restés à leur théâtre. Le fait le plus étonnant était que contrairement à ce qu'avait cru Saukuriel, Haer'Dalis n'était pas un demi-elfe, mais un tieffelin, une race de demi-démons très rare sur Féerûne. Même s'il avait du sang maléfique, le barde n'était aucunement mauvais, quoiqu'il rendît parfois les gens un peu nerveux. Ce que Saukuriel n'aimait pas chez Haer'Dalis, c'était que ce dernier, une fois qu'il connaissait une personne, avait tendance à l'appeler par des noms d'oiseaux. Se faire appeler "corbeau" n'était pas vraiment au goût de l'elfe noir. Kagain avait menacé d'assommer le barde s'il l'appelait de nouveau "pigeon", mais Coran ne semblait pas être insulté par son sobriquet "aigle blanc".


Le convoi d'esclaves avait passé la frontière et le capitaine Haegan connaissant un raccourci pour se rendre plus rapidement à Athkatla, leurs poursuivants n'avaient plus aucune chance de les rattraper. Haegan voulut forcer Viconia à soigner l'homme que Raelis avait gravement blessé au visage mais la prêtresse aggrava les blessures par magie et déclara le plus naturellement du monde : "Il était condamné ! Impossible de le soigner..." Le capitaine ne voulant pas s'encombrer de lui, l'esclavagiste aveugle fut donc laissé seul et sans nourriture au milieu de nulle part.


Le capitaine des gardes du Poing Enflammé avait un visage sombre. Il devait annoncer aux autres hommes que les esclavagistes avaient atteint l'Amn. Après l'avoir appris, tous les soldats et guerriers rebroussèrent chemin, abattus. Seuls Saukuriel, Coran, Kagain et Haer'Dalis restèrent sur place.
- Moi je retourne en Amn, dit le barde, je dois retrouver Realis !
- Ben moi, fit Kagain, si on va pas à la Tour de Durlag, je rentre à Berégost...
- Il faudrait faire quelque chose pour les femmes qui ont été capturées, maintint Coran.
Saukuriel réfléchit. Désirait-il aller secourir Viconia ? Il ne lui devait rien, mais s'il y avait bien quelqu'un qui savait comment retourner en Ombre-Terre, c'était elle. Le jeune mage rejoignit la cause de Haer'Dalis et tenta de convaincre le nain de venir avec lui et les autres :
- Pense aux richesses qu'il doit y avoir en Amn et à Athkatla !
- Toi avec tes plans foireux... fit Kagain. Tu n'as jamais réussi à acquérir la moindre richesse ! Tu t'es enfui de la grotte et puis maintenant tu renonces à aller à la tour !
- Allons petit pigeon, continua le demi-démon, ton ami n'a pas tort ! L'Amn regorge de trésors et d'aventures !
- Et puis, termina l'elfe noir, ce n'est pas là que tu disais que Korgan s'était rendu ? S'il y est allé c'est sûrement pour une bonne raison...

Sur cette réplique, les yeux du nain semblèrent briller et c'est le sourire aux lèvres qu'il se rangea du coté du drow.

Retour haut