Chapitre 8

Le voyage de Valpeld à Nashkel se fit sans problème majeur. Quoiqu'il y eût une certaine tension entre Viconia et Coran. L'elfe des bois détestait particulièrement quand Saukuriel et Viconia discutaient en drow, car il n'en comprenait pas un seul mot, et avait toujours l'impression que la prêtresse préparait quelque chose contre lui. De son côté, Viconia commençait à apprécier Saukuriel, même si elle le prenait pour un elfe doré. Par contre, elle se serait bien passé de Coran. Quoique, tant qu'il ne lui causerait pas de problèmes, ils n'en viendraient pas aux mains.
Saukuriel, lui, trouvait Viconia à son goût : de beaux yeux rosés, un visage fin encadré par une abondante chevelure blanche aux reflets argentés et une taille mince et sensuelle sous une légère cotte de mailles. Il la trouvait magnifique.
En vue de Nashkel, Viconia mit sa capuche pour que les gens ne puissent voir son visage d'un noir d'ébène.

- Allons-nous directement au festival ? demanda Coran, ou passons-nous d'abord par la ville pour faire une petite pause à l'auberge ? Quoique avec Viconia... Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée.
- Allons d'abord au festival, proposa Saukuriel, nous verrons comment les gens réagissent envers notre petite elfe ! Ensuite, si tout se passe bien, nous pourrons rentrer à l'auberge.
- C'est d'accord, répondit Coran, moi je dois aller faire un tour dans les rues marchandes pour m'acheter de nouvelles armes, on se retrouve exactement à cet endroit dans deux heures.
Puis l'archer partit en direction des étals. Les deux autres elfes se faufilèrent sous une grande tente bariolée. Il y avait beaucoup de monde et les gens semblaient impatients. Saukuriel interrogea un homme sur la situation. Celui-ci dut crier à cause du bruit :
- La pièce de théâtre va bientôt commencer, elle est très populaire et c'est la première fois qu'elle vient à Nashkel.

Le jeune sorcier n'avait que faire d'une pièce de théâtre, mais Viconia semblait vraiment intéressée. Vu son manque de méfiance envers les peuples de la surface, Saukuriel préféra rester auprès elle au cas où... Puis les comédiens entrèrent en scène. Dans le jeu des acteurs, il était question d'amour, de trahison et vengeance. La femelle drow avait plus l'air d'analyser les personnages que de réellement s'intéresser à l'histoire.

Une fois le spectacle fini, toute l'assemblée se leva pour applaudir. Une des actrices, nommée Raelis Shai, annonça qu'il y aurait des festivités sous la tente lors de la soirée. Viconia, désirant toujours en apprendre plus sur les coutumes des peuples de la surface, demanda à son compagnon de rester. Mais Saukuriel n'en avait cure. Il était venu pour recruter des aventuriers, pas pour se divertir. D'un autre côté, il ne voulait pas risquer de perdre sa prêtresse. Si jamais on découvrait son identité... Mais l'elfe noire le rassura :
- Si on me découvre, je n'aurais qu'à dire que ma peau sombre n'est que maquillage ! Les gens sont tous déguisés alors pourquoi pas ? Chacun sait que les drow restent sous terre...
Sur quoi elle adressa un sourire à Saukuriel qui en fut charmé.
- Revenez me chercher quand vous serez prêts à partir.

Ce n'était pas une si mauvaise idée. Le drow laissa donc Viconia, car il n'avait nullement l'intention de passer la soirée à bavarder. Avec ses nouveaux compagnons, il pourrait s'aventurer à la Tour de Durlag, mais trouver encore un ou deux guerriers serait encore mieux. L'elfe doré n'avait pas vraiment le temps de visiter le reste du festival et il devait aller retrouver Coran. Il le retrouva au lieu de rendez-vous. Ne voyant pas la prêtresse revenir avec le jeune mage, l'elfe des bois fut intrigué :
- Elle n'est pas avec toi ?
- Non, elle a décidé de rester pour participer à une petite fête, on passera la reprendre plus tard.
- Pourquoi ne pas la laisser là, elle devrait réussir à se débrouiller.
- Je ne pense pas... Et puis nous avons vraiment besoin d'elle !
- Mais pourquoi aurait-on besoin d'une elfe noire !? Son seul désir doit être de nous poignarder dans le dos une fois endormis !
- Les elfes des bois ne sont-ils pas respectueux envers les autres créatures ?! Ainsi, un loup boiteux ne mérite pas de vivre simplement parce qu'il n'est pas comme les autres ? C'est ça ce que tu penses ?! (exemple très mal choisi vue l'aversion de Saukuriel envers eux) Et puis je vais avoir besoin de monde pour ma quête !

Devant la tête déconfite de son compagnon, il expliqua donc son projet. Coran, qui appréciait aussi bien l'or que lui, décida de le suivre. Puis les deux elfes allèrent au village de Nashkel. En passant devant le temple de Heaum, Saukuriel regarda s'il ne voyait pas un quelconque guerrier à recruter, mais il n'en trouva point. Il se mirent en route pour rejoindre Viconia quand un beuglement provenant de la batisse retentit :
- Quoi !? Mais vous vous foutez de ma gueule ! Le prix de vos potions est exorbitant, c'est du vol ! Quelle sorte de prêtre êtes-vous pour oser abuser ainsi les gens ?!
- Sortez immédiatement d'ici ! ordonna une autre voix.

Un guerrier extrêmement furieux sortit du temple. Saukuriel, bien qu'estimant qu'il pouvait être dangereux d'aller à sa rencontre (à juste titre d'ailleurs), se dirigea vers lui et lança :
- Oh Kagain mon ami ! Comment te portes-tu ?
Le nain faillit tomber à la renverse quand il aperçut Saukuriel qui lui souriait bêtement.
- Toi, espèce de sale elfe tu tombes décidément très mal !!!
Les gardes du poing enflammé accoururent voir d'où provenaient les cris. C'était de leur devoir de faire respecter la paix et l'ordre, surtout durant le festival. Ils s'interposèrent donc entre le nain et l'elfe doré.

- Que se passe-t-il ici ! demanda le capitaine de la garde.
- Cet espèce d'enfoiré m'a escroqué ! accusa le nain.
- Comment cela ? lui demanda l'homme. Il vous a volé ?
- Non, mais...
- Alors allez faire une plainte aux autorités si vous le désirez, coupa le soldat, mais ne dérangez pas l'ordre public, sinon nous vous mettrons aux arrêts, maintenant circulez !
Le nain se calma (un peu), puis les gardes partirent. Saukuriel, désirant avoir Kagain comme compagnon feignit l'étonnement. Même s'il n'était qu'un nain, ses compétences de guerrier étaient excellentes.

- Je suis vraiment content de te revoir, Kagain, mentit-il, j'espérais qu'il ne te soit rien arrivé dans la grotte après que j'eut trouvé la sortie par hasard. Je m'étais perdu c'est bête hein ?
- Qu'est-ce que tu as fais du trésor ? Incapable !
Les yeux du nain fulminaient mais il avait l'air de gober l'histoire.
- J'ai été contraint de l'abandonner près de la sortie de la grotte. J'ai laissé votre part sur un rocher en espérant que vous le retrouveriez.
Saukuriel mima un visage accablé de remords. Certes, Kagain ne brillait pas par son intelligence mais il n'était tout de même pas assez bête pour croire ouvertement.
- Je ne te crois pas ! Si ton histoire est vraie, comment se fait-il que nous n'ayons pas trouvé le trésor en resortant ?
- C'est peut-être le jeune humain qui était là qui l'a pris ? Je me rappelle l'avoir vu en sortant.
- Bordel ! C'est bien trop vrai ! Quand je suis retourné au phare avec Korgan, j'ai vu ce jeune crétin se balader avec une nouvelle cape qui semblait bien plus coûteuse que tout ce qu'il aurait pu se permettre ! Quand je lui mettrai la main dessus celui-là...
Saukuriel se garda fortement de dire qu'il lui manquait quelques centimètres pour cela mais sa pensée le fit sourire.

- Pour l'heure, mon ami, dit Saukuriel sarcastique, je cherche de rudes combattants pour aller à la Tour de Durlag, cela t'intéresserait-il ?
- J'ai effectivement entendu parler de cette tour, je sais où elle se trouve, et j'ai déjà vu de solides gaillards de ma connaissance s'aventurer là-bas, mais ils n'en sont jamais revenus. Pourtant ils étaient de forts guerriers, je refuse d'y aller ! Il y a d'autres endroits où on peut se faire de l'argent et ce festival me paraît parfait.
- J'ignorais que les nains pouvaient être aussi poltrons...
- Quoi !? Mais tu vas voir ! Tu oses mettre en doute le courage de mon sang ?! Si tu crois que je suis un peureux, je vais te prouver le contraire ! Je vais aller à cette tour, et pendant que je combattrai fièrement, toi tu te sauveras en courant !
- Parfait ! J'ai justement une guérisseuse qui est restée au festival et l'autre que tu vois là pour nous aider.
- Encore un elfe ! grommela Kagain.
- Attends d'avoir rencontré notre prêtresse...
- Quoi ? Qu'est-ce qu'elle a celle-là ?
- Non rien oublie ça, allons nous reposer à l'auberge. Nous avons une tour à explorer demain.

Ils allèrent aussitôt se ravitailler à la petite mais chaleureuse auberge de Nashkel. Coran et Kagain firent connaissance... et se haïrent aussitôt ! Malgré cela, jusque là tout allait bien dans le plan de Saukuriel. Mais le destin en décida autrement. Des cris de panique résonnèrent soudain dans tout le village. Tous les gens présents dans l'auberge sortirent voir ce qu'il se passait. Coran s'informa auprès d'une femme visiblement affolée :
- Il y a des orcs qui attaquent le festival ! cria-t-elle.

Un soldat passa à côté des trois aventuriers et leur ordonna de venir les aider à combattre. En temps normal Saukuriel se serait défilé, mais il avait besoin de Viconia et elle avait peut-être de graves ennuis. L'elfe doré partit vers l'est pour se rendre sur les lieux, tandis que Coran et Kagain couraient derrière lui pour réussir à le suivre.
Arrivés sur place, il virent des dizaines d'orcs qui saccageaient tout sur leur passage et enlevaient des femmes pour les amener avec eux.
- Viconia ! cria Saukuriel. Viconia ! Pourvu qu'elle n'ait pas été prise !
Un orc en train de piétiner les restes d'une tente se tourna vers eux.
- Comme arrivée discrète, ironisa Coran, tu réussis plutôt bien !
- GUEUUUARRRGHH !!! brailla la créature qui se précipita vers les trois compagnons, une horde d'orcs le suivant.

Le combat s'engagea. Une des créatures hideuses voulut se jeter sur Saukuriel, mais Coran l'abattit d'une flèche entre les deux yeux. Le jeune mage utilisa ensuite sa baguette magique pour foudroyer ses ennemis. L'un d'eux esquiva un éclair magique et se tourna vers Saukuriel en agitant sa massue, mais l'éclair rebondit contre un arbre et atteignit l'orc dans le dos, le tuant sur le coup. Kagain, étant comme d'habitude une vraie machine à tuer, donnait des coups de hache fatals à ses ennemis avec un air barbare. Bientôt il ne resta plus rien des orcs, ni du merveilleux festival...

Retour haut