Chapitre 11

De derrière la porte secrète, les trois aventuriers écoutaient la conversation du garde de la Couronne de Cuivre qu'ils avaient suivi, qui discutait avec un autre homme.
- Lethtinan aurait besoin de nouvelles filles, annonça le garde. Il paraît que vous en avez trouvé dernièrement.
- Oui, confirma l'autre homme. Nous en avons ramené de la Côte des Épées, mais comme la demande est toujours forte pour les jeunes femmes, nous les avons presque toutes vendues à une autre caravane.
- Mais il vous en reste quelques-unes au moins ?
- Oui, trois. Dont deux de Nashkel.
- Allons voir ça...
De l'autre côté de la porte, les compagnons attendirent que les deux hommes soient sortis pour entrer. Ils progressèrent discrètement entre les divers bibelots entassés dans la pièce qui avait tout d'un entrepôt. Arrivés à un couloir, ils virent deux grandes cellules flanquées de barres d'acier. Dans celui de gauche, il y avait un jeune homme. Tandis que dans celui de droite, il y avait trois femmes. Haer'Dalis reconnu Realis et Saukuriel repéra Viconia, mais aucun des membres du groupe ne connaissait la troisième. La grille du cachot des prisonnières était ouverte. Le garde de la Couronne de Cuivre était occupé à analyser les trois esclaves, tandis que l'autre restait immobile, tournant le dos aux aventuriers.
Se remémorant son entraînement à Ombre-Terre, le drow se faufila silencieusement auprès de l'esclavagiste. Il sortit une courte lame et d'un bref mouvement en direction du soldat, l'égorgea. Cet instant fut mal choisi par le deuxième garde pour se retourner et il surprit Saukuriel. Coran voulut l'abattre d'une flèche en pleine poitrine mais le projectile fut dévié par l'armure de plaques et retomba sur le sol. S'apercevant de la présence des deux autres intrus, il hurla pour donner l'alerte. L'elfe doré entama un sort de flèche acide de Melf, pendant que ses deux compagnons dégainaient leurs armes. Le garde de la Couronne de Cuivre se révéla être un guerrier fort doué. Il résistait parfaitement à ses deux adversaires, réussissant même à blesser Coran au bras. Ce dernier en laissa échapper son épée. Il dut reculer promptement pour éviter un coup mortel. Haer'Dalis était maintenant seul, faisant face au puissant guerrier.
Le projectile d'acide du sorcier drow, sans blesser gravement son ennemi, réussit à le déconcentrer l'espace de quelques secondes. Cela suffit à Haer'Dalis pour frapper l'homme au genou, lui faisant perdre l'équilibre. Il en profita ensuite pour lui passer son épée magique en travers de la gorge. L'homme émis un grognement étouffé puis s'écroula par terre. Une mare de sang rouge foncé se forma autour du corps inanimé.
Saukuriel se dépêcha de prendre les clefs à l'esclavagiste, puis libéra les prisonnières de leurs chaînes. La jeune inconnue saisit le trousseau et se précipita vers le cachot de l'autre captif.
- Ce ne sont pas les bonnes clefs ! paniqua l'adolescente.
Les pas des hommes, alertés plus tôt par le garde de la Couronne de Cuivre, résonnèrent dans le couloir. Sans perdre un instant, Viconia entama une incantation rapide et pointa son index à l'endroit où arrivaient les deux hommes armés. Quant ceux-ci voulurent appeler du renfort, aucun son ne sortit de leur gorge ; le sortilège de silence de la prêtresse drow faisait effet.

Tandis que ses compagnons affrontaient leurs nouveaux ennemis, Saukuriel lança un sort sur la serrure de la grille. Même si le sortilège de déverrouillage était inutile lors des combats, l'elfe noir lui avait souvent trouvé une utilité et ainsi, le dernier prisonnier fut libéré. Après être venus à bout de leurs adversaires, tous s'apprêtaient à s'enfuir. Tous sauf Viconia. Elle avait promis le cœur de Haegan à sa déesse et elle y était farouchement décidée. Les deux adolescents sauvés par le groupe lui expliquèrent qu'il y avait plusieurs autres esclavagistes dans le bâtiment. La prêtresse dut donc renoncer à sa vengeance momentanément.
En retraversant les égouts d'un pas pressant, il y eut quelques discussions entre les membres du groupe. Les deux nouveaux se nommaient Mook et Aran, ils étaient tous deux de récents membres d'une organisation quelque peu illégale. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'ils s'étaient aventurés dans le repère des esclavagistes : ils avaient reçu comme mission de les espionner, mais ils s'étaient fait prendre. La présence d'une elfe noire semblait plus les intriguer que les déranger. Haer'Dalis, lui, bavardait avec la drow qui visiblement n'y prêtait aucune attention.
Revenue au passage secret de la Couronne de Cuivre, Viconia mit sa capuche et le groupe se faufila discrètement le long du couloir. Ils retrouvèrent Kagain, occupé à boire de la bière avec son cousin Korgan, qui lui était ivre mort. Puis à la vue de ses compagnons d'aventures, le nain s'exclama :
- Mes chers indésirables amis, j'ai décidé de rester quelques temps à Athkatla le temps de quelques quêtes enrichissantes avec Korgan. Revenez de me voir plus tard avec votre prêtresse. Vous me trouverez sûrement ici à boire un coup.
- Elle est avec nous, précisa Saukuriel.
- Elle a plutôt l'air d'une gamine...
- Non, fit l'adolescente, moi je suis Mook, c'est elle Viconia.
Le visage de la drow était à peine visible et seulement quelques mèches de cheveux argentés retombaient sur ses épaules. Kagain plissa les yeux, l'alcool lui brouillait la vue. Puis il déclara hautement :
- Cette humaine est aussi maigrichonne qu'une elfe, beurk !
Saukuriel dut se retenir de ne pas rire en voyant les yeux de Viconia exprimer la plus profonde colère. Les autres surveillaient la réaction de la drow avec inquiétude et effectivement, quelques secondes après, l'elfe noire leva la main et prononça un mot de pouvoir. La barbe de Kagain prit immédiatement feu ! Voyant les flammes violettes ravager sa figure, le nain se mit à essayer d'éteindre sa barbe et à hurler. Mais rien de réussit à éteindre les flammes. Le guerrier réalisa alors que le feu ne brûlait pas et qu'il ne dégageait aucune chaleur : ce n'était qu'une illusion ! La Lueur Féerique était un don inné des elfes noirs. Ce sort inoffensif avait pour but de rendre un adversaire plus visible dans la constante noirceur d'Ombre-Terre. Enfin, les flammes mauves disparurent aussi subitement qu'elles étaient venues, mais tout ce tapage avait attiré l'attention des gens de l'auberge. Pour éviter les ennuis, les compagnons se dépêchèrent de sortir, laissant là le nain ivre et encore un peu surpris.

Mook et Aran se séparèrent du groupe en leur promettant que si jamais l'un d'eux avait besoin d'un service ils pourraient les trouver du côté des Docks. Puis les aventuriers restants retournèrent à l'auberge des Cinq Chopes. Realis et Haer'Dalis y firent retrouvailles avec les comédiens qui jouèrent au théâtre le soir même.
Au matin, Dorian (alias Saukuriel), Coran et Viconia se réunirent devant un bon repas pour bien commencer la journée. La prêtresse dévorait toute nourriture à portée de main, ce qui trahissait sa condition durant sa captivité.
- Que faisons-nous maintenant ? demanda l'elfe des bois. Attendons-nous Kagain pour retourner vers la côte des épées ou bien trouvons-nous un autre guerrier ?
- Nous ne pouvons pas partir tout de suite, prévint la prêtresse. J'ai promis d'offrir Haegan en sacrifice à Shar si je réussissais à m'échapper.
- Qui ? interrogea Coran.
- Le capitaine Haegan, le chef des esclavagistes.
- Je ne considère pas vraiment cela comme étant mon problème... Qu'est-ce que tu en penses Dorian ?
L'elfe doré réfléchit. Il avait encore plus besoin de Viconia que du nain. Elle devait savoir comment se rendre à Ombre-Terre. De plus, il l'avait vue utiliser une de ses magies de drow et cela avait réveillé en lui des souvenirs de sa ville natale. Il s'était retrouvé perdu à la surface de Féerûne avant qu'on ne lui ait appris à utiliser ses dons. La prêtresse pourrait les lui enseigner, mais elle refuserait sûrement. Les sortilèges, tout comme le langage gestuel des elfes noirs, avaient toujours été rigoureusement gardés secrets. Quant à lui révéler la vérité, elle ne le croirait probablement pas. Mais après réflexion, il pouvait toujours tenter un chantage...
- Coran ? annonça Saukuriel. Tu pourrais nous laisser un peu seuls ?
L'archer leva un sourcil interrogateur, mais laissa finalement ses deux compagnons en tête-à-tête.
- Je peux t'aider et convaincre notre ami Coran de faire de même, dit le sorcier, mais il y a quelques conditions.
- Je n'ai rien à devoir à un elfe doré ! protesta la drow.
Saukuriel décida alors de parler comme un vrai elfe noir :
- Nous t'avons sauvée. Ainsi, tu nous es redevable, tu devrais te conduire comme notre esclave.
- Quoi !? Te prendrais-tu pour un elfe noir ? De toutes façons, les ignorants de ton espèce ne savent pas qu'une femelle drow ne se soumet jamais à un mâle ! Tu as été bien mal informé pauvre idiot !
- Tu crois cela ?
Il venait de lui parler avec le langage gestuel des drows.
- Comment connais-tu ce langage ? s'étonna Viconia. Ces signes sont supposés être secrets ! Je devrais te tuer !
- Mais fais donc ! Quand les autres trouveront mon cadavre, ils sauront que c'est toi qui m'as assassiné et comme tu n'es qu'une elfe noire, tu seras exécutée sans autre forme de procès ! Alors tu as tout intérêt à écouter ma proposition : en échange de mon aide, tu me révèleras comment me rendre à Ombre-Terre et m'apprendras à utiliser les dons des drows.
- Mais qu'est-ce qu'un elfe doré pourrait bien aller faire en Ombre-Terre ? De plus, tu ne seras jamais capable d'utiliser nos dons !
- J'en serai capable... Je suis à moitié drow.
Le mensonge parfait ! Chez les elfes, il n'y avait pas de métissage. Les enfants de deux races différentes naissaient l'une ou l'autre. Puis on entendait parfois parler de rebelles quittant Ombre-Terre pour vivre à la surface. De son côté, Viconia devait se dire que son jeune compagnon avait un comportement bien étrange pour un elfe doré.
- Bon, lança la prêtresse. Après tout, qu'est-ce que cela peut bien me faire qu'un minable mâle connaisse quelques savoirs qu'il devrait ignorer ? En échange de ma vengeance contre Haegan et ma promesse en faveur de Shar. J'accepte ton offre.

Retour haut