Chapitre 6

Chaque nuit, Saukuriel faisait d'affreux cauchemars : la mort de son frère, sa vie passée à Ombre-Terre, les coups de fouet infligés par les prêtresses de Loth dès son plus jeune âge, la peur constante d'être poignardé dans le dos, pourrait-il un jour dormir tranquille ?


- Mais ça grouille de hobgobelins ici, c'est pas possible ! hurla Korgan en tranchant en deux encore un autre monstre.
Les paysans leur avaient conseillé de suivre le chemin au bord de la mer pour se rendre à la grotte ; c'était à croire que tous les hobgobelins de la Côte des Épées s'étaient donné rendez-vous là. À tout moment on en voyait un avec son arc, embusqué à la lisière de la forêt prêt à tirer ses flèches. Et ça, c'était sans compter les sirènes qui s'approchaient du rivage pour lancer des sorts aux trois aventuriers. Heureusement pour eux, les nains possédaient une résistance moyenne aux sorts et Saukuriel avait gardé sa résistance de drow à la magie même s'il était désormais un elfe doré.

Les nains s'occupaient des hobgobelins avec leur haches et Saukuriel des sirènes avec ses sorts, et le petit groupe avançait tranquillement. Il finirent par arriver au but : sur le long de la falaise, se voyait l'entrée d'une grotte souterraine. Courant pour échapper aux sorts néfastes des sirènes, les trois aventuriers avides de richesse entrèrent dans la grotte.
Les lieux semblaient sûrs, mais les instincts de l'elfe noir présageaient un danger. Le groupe se remit donc en marche, tous trois utilisant leur infravision pour mieux se déplacer dans la pénombre. À un embranchement, ils prirent le chemin de droite. Saukuriel eut la désagréable impression d'être suivi, il se retourna promptement pour surprendre son adversaire et en l'espace d'un instant, il avait tiré ses épées.
- Hey du calme ! dit une voix masculine, je viens en ami.

Les deux nains s'étaient eux aussi retournés pour constater qu'un des jeunes hommes habitant au phare les avait suivis.
- Je veux vous aider à trouver le trésor, déclara l'humain.
- Pas question qu'on partage le trésor avec toi, fit Korgan, un p'tit freluquet comme toi ne fera que nous ralentir et nous créer des ennuis.
- Mais, s'expliqua le jeune homme, mon frère est entré dans cette grotte et n'est jamais revenu, je veux vous aider à trouver le trésor pour que plus personne ne meure à cause de lui, car aucune richesse ne peut valoir un vie.
Saukuriel eut un rire méprisant :
- Ça, c'est la chose la plus stupide que j'aie jamais entendue !
Même les nains furent surpris par la réaction et les paroles du drow.
- Écoute petit, dit doucement Kagain, et si tu allais surveiller l'entrée de la grotte, pour s'assurer que les hobgobelins ne nous suivent pas ?
- Mais, protesta l'humain, c'est que...
- Tu dégages ou je t'arrache la tête ! hurla Korgan.
- L'odeur du sang pourrait attirer les monstres, fit remarquer l'elfe, il vaudrait mieux l'assommer et une fois inconscient l'emmener avec nous.
- Pourquoi l'emmener avec nous ? demanda Kagain.
- Pour le donner à bouffer au premier golem venu et pouvoir continuer notre chemin sans problème.
- Ce p'tit elfe commence à me plaire ! s'exclama Korgan.

Finalement, le jeune homme décida qu'aller surveiller l'entrée de la grotte était le mieux qu'il puisse faire. Durant ce temps dans la caverne, les compagnons avaient fort à faire avec un golem de chair. Le grand humanoïde essayait de frapper les nains, tandis que ceux-ci lui tailladaient les jambes avec leur hache. Saukuriel lança un sortilège sur le monstre, mais ce n'eut aucun effet. L'elfe décida donc d'utiliser un sort de protection sur lui-même, et dégainant ses épées, il se joignit à la bataille.
La lutte finie, Korgan s'assit par terre. Il était étourdi, car le golem l'avait à plusieurs reprise frappé sur la tête. Il enleva son heaume tout cabossé.
- Et merde, mon casque est foutu !
- Continuons d'avancer, ordonna Saukuriel, j'ai l'impression qu'il y a encore d'autres golems ici.
- Ouais, ouais, dit Korgan sceptique.

Alors les aventuriers continuèrent leur exploration, jusqu'à ce qu'ils arrivent à un fragile pont en bois à moitié pourri.
- Ça a pas l'air très solide, remarqua Kagain, l'elfe passe donc en premier.
- J'y vais, accepta Saukuriel.
Il traversa une partie du pont, puis revint sur ses pas.
- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda Korgan, pourquoi tu reviens ?
- J'ai besoin du sac mes amis, expliqua le drow, j'ai aperçu le trésor de l'autre coté du pont.

Saukuriel repartit traverser le pont. Les objets magiques luisaient d'une aura violette aux yeux de l'elfe. Il les mit en vitesse dans le sac. Puis il décida de s'aventurer un peu plus loin pour y découvrir peut-être d'autres richesses. Il vit trois golems de chair, mais ceux-ci ne le remarquèrent pas, car sans les nains, le drow se déplaçait très silencieusement. Il arriva finalement à un embranchement, en analysant bien, il s'aperçut qu'il était revenu à l'entrée de la grotte ! Les deux chemins de l'embranchement menaient donc tous deux au trésor. Il devait aller retrouver les nains... Et pourquoi ne pas foutre le camp avec le trésor ? Cette idée plaisait à l'elfe, qui décida donc de repartir tout simplement. Il tomba sur le jeune homme qui les attendait à la sortie.
- Où sont vos compagnons ? demanda-t-il.
- Ils sont probablement morts ! mentit Saukuriel. Nous devons vite partir d'ici, il y a une dizaine de golems à mes trousses !
- Dix golems ! Vite courons !

Ils détalèrent tous deux comme des lapins. À mi-chemin, l'elfe s'arrêta, satisfait de la tournure des évènements. Le jeune homme s'approcha de lui :
- Pourquoi tu t'arrêtes ? demanda-t-il inquiet. Tu es blessé ?
- Non, répondit l'autre, mais il faudrait que tu me rendes un service, c'est important.
- Quoi ?
- Si tu revois les nains, il faudrait que tu évites de leur dire que tu m'as revu.
- Pourquoi ?
- Ils pourraient mal prendre le fait que je me sois enfui et vouloir me tuer.
- Mais ils tueraient leur compagnon ?
- C'est que le compagnon en question a décidé de filer avec le trésor.
- Tu l'as trouvé !? C'est formidable, plus personne n'ira risquer sa vie dans cette maudite grotte. Il faut le dire à tout le monde !
- Attends que les nains soient partis avant de l'annoncer.
- Mais...
- En échange, je te donne un objet magique de grande valeur et je te laisse la vie sauve !
Le jeune homme n'avait pas particulièrement peur de l'elfe doré, car même fâché, Saukuriel n'était pas vraiment intimidant vu sa petite taille. Plus pour lui rendre service qu'autre chose, car il avait bon coeur, l'humain accepta l'accord du drow. Ce dernier lui remit donc une cape magique. Le reste du butin valait le déplacement : diverses potions, une baguette d'éclair et un livre magique.


Saukuriel alla ranger ses objets magiques dans sa chambre. Il allait sortir de la maison quand Jaheira et Gorion arrivèrent avec leur invité. L'individu en question était un homme mince ; il portait une robe de mage rouge et un chapeau pointu, sa longue barbe était blanche comme neige et il fumait une pipe. Puis son visage lui rappela quelqu'un... C'était le sorcier que lui et son frère avaient essayé de voler ! Saukuriel se sentit mal, Gorion s'en aperçut :
- Ça ne va pas ? demanda-t-il.
- Non, tout va bien maître, répondit l'apprenti magicien.
Le drow souhaitait que l'autre mage ne l'ait pas reconnu.
- Comme on se retrouve, dit l'ami de Gorion.
- Vous vous connaissez ? les questionna Jaheira.
- Non, il doit me prendre pour un autre, déclara l'elfe.
- Il est amnésique, expliqua Gorion.
- Vous pourriez me laisser seul avec lui ? leur demanda le vieux mage.
- Si vous voulez, accepta Gorion.

Une fois seul avec l'inconnu, Saukuriel s'attendait à ce qu'il essaye de le tuer, mais il n'en fit rien.
- Je ne m'attendais pas à ce que tu te débrouilles aussi bien, commença le sorcier, Gorion et Jaheira ne sont au courant de rien alors.
- Ne leur dites rien !
- Gorion est mon ami depuis longtemps et j'estime qu'il a le droit de savoir qui il a réellement comme apprenti. Et ce n'est pas toi qui m'en empêchera, sais-tu seulement qui je suis ?
- Non.
- Je suis Elminster de Valombre.

Saukuriel réalisa alors qu'il avait affaire au plus grand archimage de Féerûne. Il vit Elminster ouvrir la porte et faire signe à Gorion et à Jaheira d'entrer. D'où venait le drow, quand on découvrait un traître, il était torturé à mort. Allait-on lui réserver un sort similaire ?
- J'ai fait la rencontre de votre ami il y a deux ans, raconta l'archimage, lui et un autre elfe noir étaient venus pour me voler dans une de mes tours secrètes.
- Que voulez-vous dire par lui et un autre elfe noir ? demanda Jaheira.
- Cela veut dire, expliqua Elminster, que celui que vous connaissez par le nom de Dorian, est un elfe noir à qui j'ai lancé un sort de métamorphose.
- C'est un drow ?! s'exclama Jaheira.
- Je me doutais bien de quelque chose, avoua Gorion, mais pas de ça !
- Je vais partir, si c'est ce que vous voulez, dit l'elfe.
- Dis-moi d'abord, demanda Gorion, si tu avais l'intention de nuire à quiconque à la surface de Féerûne avec la magie que je t'enseignais.
- Non, répondit honnêtement le drow.
- Alors tu peux rester mon apprenti.
- ...Vous n'avez pas l'intention de me tuer ?
- Bien sur que non !
- Quel est ton vrai nom ? demanda Jaheira à l'elfe noir.
- Saukuriel Kerra'zal, mais il vaudrait mieux que vous m'appeliez encore Dorian.
- Mais évidemment, dit Jaheira sur un ton un peu méprisant, si vous permettez, j'ai à faire ailleurs.
Et elle sortit.
- Elminster, combien de temps durera ton sortilège de métamorphose ? le questionna Gorion.
- Sur un humain, il durerait toujours, sur un drow, c'est difficile à dire, je ne l'avais jamais testé sur un elfe noir auparavant.

Saukuriel fut surpris par la réaction de Gorion et d'Elminster, ils le laissaient vivre même en sachant qui il était. Même plus, Gorion continuerait à lui apprendre la magie ! Quant à Jaheira, elle s'était montrée méprisante et choquée envers lui, mais quelle importance ? Elle n'était qu'une bâtarde moitié humaine et moitié elfe après tout ! Mais alors, pourquoi l'idée de perde l'amitié de la demi-elfe lui faisait-il quelque chose ?

Retour haut