Chapitre 5

Tandis que Jaheira rentrait à Château-Suif, non sans inquiétude pour Saukuriel, ce dernier explorait la ville de Bérégost à la recherche d'un groupe d'aventuriers, mais sans grand résultat, jusqu'à ce qu'il entre dans l'auberge du Magicien Ardent.

L'endroit était plutôt sale pour une auberge et ses clients semblaient sur leurs gardes, comme s'ils avaient quelque chose à cacher. Ils dévisageaient Saukuriel, un voyou marmonna même : "Mais qu'est-ce qu'un putain d'elfe vient faire ici ?" Le drow le foudroya du regard. Puis il s'adressa au serveur :
- Je cherche des guerriers intéressés par l'aventure et les richesses... Surtout par les richesses.
Le voyou qui avait précédemment insulté Saukuriel lui fit signe d'approcher.
- Mon p'tit d'elfe, je suis toujours intéressé par les richesses, alors dis m'en plus.

Avant que l'homme ne puisse réagir, il se retrouva le cul par terre à côté de sa chaise après avoir reçu un sort de projectile magique en pleine poitrine.
- Non mais t'es malade ! cria l'homme.
- C'est ce qui arrive quand on est impoli envers un mage, dit Saukuriel placide.
- Pas de bagarre ici ! ordonna le serveur. Toi l'elfe, si tu cherches vraiment des aventuriers, va voir Kagain, son commerce est juste au nord de Feldpost, mais va foutre la merde ailleurs !

L'apprenti magicien se rendit donc voir ce fameux Kagain. C'était étrange, ce nom lui rappelait quelqu'un, mais il n'aurait pu dire qui. En entrant à l'endroit indiqué par le serveur du Magicien Ardent, il tomba sur le nain avec lequel il s'était battu lors de son premier séjour à Bérégost.
- Comme on se retrouve, dit Saukuriel.
- Fais attention à toi petite merde, répondit le nain, il n'y a pas une bande de paladins prêts à te protéger cette fois.
- Je suis venu voir Kagain, et je ne partirai pas avant de l'avoir rencontré !
- C'est moi Kagain, tu m'as vu, alors fous le camp !
- Si un fabuleux trésor ne t'intéresse pas alors je m'en vais...
- Attends un peu, tu m'intrigues, de quoi parles-tu ?
- Du trésor caché dans une grotte, mais je ne t'en dis pas plus avant d'avoir passé un accord.
- Tu as des preuves de... l'existence de ce trésor ?
- Oui, mentit l'elfe, j'ai rencontré un homme qui a vu des hobgobelins le cacher.
- Alors peut-être que tu pourrais me dire où il se trouve, et en échange tu receveras dix pourcent de ce qu'il contient.
- Pas question, nous séparons en parts égales et je participe au voyage.
- C'est hors de question.
- Tant pis...
- Bon, ça va, j'ai présentement un mercenaire de disponible parmi mes hommes, tu auras une part de trente-trois pourcent.
- Cinquante.
- Tête de mule ! Quarante, pas plus !
- Marché conclu.
- Parfait. Korgan !
- Quoi ! répondit une voix.
- Amène-toi, ordonna Kagain, on part en mission !

C'est alors qu'arriva un autre nain encore plus laid et son haleine empestait l'alcool. Il portait une lourde armure de plaques et une énorme hache de combat était accrochée à sa ceinture.
- Voici mon cousin Korgan, commença Kagain, il a encore plus mauvais caractère que moi, alors je te conseille de pas trop l'emmerder.
- Si tu m'énerves, je t'arracherai tes oreilles pointues ! déclara Korgan.
- Hey, continua Kagain, tu ne le tues pas avant qu'on ait le trésor, c'est un ordre !
- Ah zut, soupira l'autre guerrier nain.
- Bon, tu vas maintenant bien vouloir nous dire où se trouve le trésor ?
- Dans une grotte près d'un phare à l'ouest d'ici.
- Parfait, je sais où c'est. Allons-y, ne faisons pas attendre notre butin !

À la Grande Bibliothèque de Château-Suif, Gorion discutait avec son important invité.
- Tiens voilà Jaheira, remarqua Gorion, mon apprenti doit être revenu lui aussi, vous verrez, il a un rare talent. Jaheira, Dorian est-il avec toi ?
- Non, répondit l'interpellée, il a décidé de rester à Berégost pour une quête des plus insensées.
- Et tu l'as laissé tout seul ?
- C'est un grand garçon, il va se débrouiller, il est intelligent, quand il se sera rendu compte de la stupidité de son idée, il reviendra sain et sauf. De toute façon je ne pouvais pas le forcer à revenir.
- J'espère que tu as raison.
- Je vais rester encore quelques jours, dit l'invité, car j'aimerais bien rencontrer ce fameux apprenti, mon cher Gorion.

Les deux nains et l'elfe arrivèrent près du phare à la nuit tombée. Les nains s'étaient révélés être de forts guerriers contre les monstres qu'ils avaient rencontrés en cours de route, mais après le voyage qu'ils venaient de parcourir, tous avaient besoin de repos avant d'entreprendre leur quête du trésor.
- Foutue forêt, j'en ai marre, se lamenta Korgan, comment vous faites pour passer toute votre vie en forêt vous les elfes ?
- Je n'aime pas les forêts, répondit Saukuriel.
- Elle est bien bonne celle-là !
- Voilà le phare, fit remarquer Kagain, allons demander aux paysans qui habitent à proximité de nous héberger pour la nuit.
Il y avait deux maisons près du phare. Kagain cogna à la porte de l'une d'elles. Un homme vint ouvrir la porte, et voyant les deux nains armés jusqu'aux dents, il hésita à les laisser entrer. Saukuriel s'avança alors à la lumière pour que l'homme le voie bien et lui adressa la parole :
- S'il vous plait, nous avons besoin d'un abri pour la nuit, mes camarades ici présents, quoi que repoussants...
- Hey ! protestèrent les nains.
- ...ne sont pas dangereux, je vous demande humblement l'hospitalité.

Devant l'elfe doré, le paysan accepta de les laisser entrer.

Retour haut