Chapitre 4

Cela faisait maintenant deux ans que Saukuriel habitait Château-Suif. Il s'était tranquillement habitué à vivre à la surface et à coexister avec des humains. Quoi que la plupart des villageois lui portait sur les nerfs. Par exemple, les jeunes adolescentes lui faisaient toutes les yeux doux. Il est vrai qu'il paraissait du même âge qu'elles et qu'il était très attirant, surtout pour les humaines, car dans le standard des humains, les elfes étaient considérés comme étant inégalables en beauté, sans compter que Saukuriel était déjà considéré comme beau chez les elfes. Oui, il était très charismatique, et il en avait conscience. Il savait d'ailleurs comment tirer profit de cette qualité, car les gens se fiaient trop souvent aux apparences.
Il n'y avait pas que les filles qui l'énervaient : le prêtre du temple d'Oghma était aussi, quant à lui, un pauvre imbécile, comme tous les autres prêtres d'ailleurs. Sa haine envers ceux-ci devait être due aux cruelles prêtresses de Loth de sa ville natale. Puis les moines de la bibliothèque eux, il les considérait un peu plus. Quant aux autres habitants de Château-Suif, Saukuriel se foutait éperdument de leur existence misérable.

Ses études en magie avançaient bien, il avait déjà appris certains sorts à Ombre-Terre. Donc, avec son intelligence, même si ça ne faisait pas très longtemps qu'il étudiait avec Gorion, il pouvait déjà lancer plusieurs sorts de bas niveau et possédait quelques parchemins magiques qu'il avait lui-même recopiés à partir de livres de sorts, et aussi quelque potions qu'il avait chipées au temple d'Oghma.

Saukuriel se préparait pour aller à la Grande Bibliothèque, vêtu de sa cape, celle que Jaheira lui avait donnée, d'une chemise blanche, d'un pantalon beige, de bottes de cuir et d'un chapeau à large rebord pour éviter d'avoir le soleil dans les yeux car il ne l'appréciait toujours pas. Il alla rejoindre son maître.
Entrant dans la bibliothèque, l'elfe contourna la statue d'Arlando le Sage, puis rejoignit Gorion à une table près des étagères remplies de livres. Le mage apprit à son élève une nouvelle formule magique.
- J'ai des choses à faire, dit Gorion, je te laisse étudier ce sort.
Puis il se leva et partit.

Une adolescente vint s'asseoir près de Saukuriel :
- Tiens tiens, dit-elle, tu apprends de nouveaux sorts chaque semaine on dirait, moi je me demande si tu ne ferais pas plutôt semblant de tout comprendre pour que Gorion te garde comme élève.
- On t'a déjà dit que tu étais aussi charmante qu'un dridder ?
- Un quoi ?
Les dridders étaient d'affreux monstres hybrides moitié drow moitié araignée.
- C'est une sorte de créature tout à fait à ton image, ricana Saukuriel.
Voyant qu'il se payait sa tête, Debra s'éclipsa.

Cette jeune femme, apprentie mage elle aussi, avait toujours été jalouse de Dorian. De son point de vue, c'était elle que Gorion, le meilleur sorcier de Château-Suif, aurait dû choisir comme apprentie. Mais non, il avait fallu que ce petit nouveau vienne tout gâcher. De plus il était si méprisant. Elle faisait tout pour lui créer des problèmes. C'est en arrivant chez son maître qu'elle s'aperçut qu'elle avait égaré sa petite sacoche d'or... Encore à la bibliothèque, Saukuriel venait de finir de compter ses quelques pièces d'or puis les remit dans leur bourse.
Quelqu'un mit sa main sur l'épaule de l'elfe doré :
- Bonjour, sourit Jaheira.
- Bonjour, répondit-il.
- Je viens de rencontrer Gorion, il dit que tu fais de grands progrès.
- C'est normal, je suis doué.
- Tu aurais plutôt dû dire que c'est grâce aux enseignements de Gorion !
- Oui, c'est aussi dû à ça, un peu.
Jaheira soupira, son jeune ami pouvait se montrer tellement individualiste. Gorion arrivait à ce moment là.
- Ton arrivée tombe bien Jaheira, dit le sorcier, j'aurais un parchemin à envoyer à Perleflamme à Berégost et j'attends l'arrivée de quelqu'un d'important, tu pourrais lui porter ?
- Bien sûr.
- Et puis, continua l'homme, tu pourrais emmener Dorian avec toi, ça lui ferait prendre un peu l'air.
- Pas de problème, répondit Jaheira.
- J'ai pas tellement envie de voyager, protesta le drow.
- Je n'ai jamais vu un elfe détester tant l'extérieur, commença Gorion, tu vas sortir un peu pour une fois.
- Si je n'ai pas le choix, se résigna-t-il.

Saukuriel prit quelques parchemins magiques et potions susceptibles de lui être utile et décida d'emporter aussi ses épées au cas où. Son maître lui remit un peu d'argent pour ses dépenses durant le court voyage, puis les deux elfes partirent pour Berégost.

Arrivés à la ville, ils se rendirent chez Perleflamme pour lui remettre le parchemin de Gorion. Pour les récompenser de leur service, Perleflamme invita les deux amis à prendre un verre à l'auberge de Feldpost, dans laquelle les conversations allaient bon train. Saukuriel en entendit une des plus intéressantes.
- Cela fait le troisième aventurier que nous n'avons pas revu, dit un homme.
- Mais est-ce vrai qu'il y a un trésor caché dans cette grotte, demanda l'autre.
- La rumeur dit qu'il y aurait plusieurs objets magiques, pour ma part je sais surtout qu'il y a des monstres là-dedans.
Attiré par la possibilité d'obtenir des objets magiques, Saukuriel se leva et se dirigea vers les deux hommes.
- Excusez-moi messires, dit le drow, mais il me semble vous avoir entendu parler d'un trésor magique, auriez-vous la bonté de me révéler son emplacement.
- Eh bien, si tu veux réellement le savoir, c'est dans une grotte au nord du phare.
- Où se trouve ce phare ?
- Tout à l'ouest de la Côte des Épées, au sud de Château-Suif, mais à ta place je n'irais pas, plusieurs hobgobelins et golems de chair rôdent dans ce coin.
- Ce ne sont pas quelques monstres qui vont m'arrêter.

Saukuriel retourna à sa table et s'adressa à Jaheira :
- Nous avons une chance fantastique, nous allons acquérir des objets de grande valeur.
- J'ai entendu ce que vous vous êtes dit, commença la demi-elfe, sache que je trouve ton idée mauvaise.
- Pourquoi ?
- Rien ne prouve qu'il y a vraiment un trésor là-bas, nous n'irons pas dans cette grotte.
- Et toi Perleflamme ?
- J'ai cru entendre qu'il y avait des golems de chair, répondit le mage, ces créatures sont particulièrement résistantes à la magie, je ne serais d'aucune utilité en cas de combat, et de toutes façons, je n'ai pas le temps pour cela.
- Tant pis, je me débrouillerai, conclut Saukuriel.
- Tu n'y songes quand même pas, protesta Jaheira, nous devons retourner à Château-Suif. Gorion serait contre cet idée.

Mais le jeune apprenti magicien n'écoutait plus, il était préoccupé par la façon dont il obtiendrait le trésor.

Retour haut